Il est rentré en moyenne section, et il a reprit goût à l’école

VPVLBpC3odkUn7j_C-I5IDfwh_8

J’avais parlé un petit peut des soucis que Simon (4 ans et 5 mois) rencontré avec l’institutrice de son ancienne école, de la demande de dérogation, des problèmes rencontrés avec tout ça.

Il est temps de vous donner des nouvelles.

La dérogation a enfin abouti, Simon est rentré en moyenne section dans une nouvelle école.
Ce n’est plus le regroupement qui reçoit les enfants du village, ce n’est plus cette institutrice dépassée qui s’en occupe, ce n’est plus le bus scolaire le matin, ce n’est plus les copains qu’il avait.
Non, beaucoup de choses ont changé.
Maintenant on fait la route en voiture, et il en est content malgré tout, car du coup il partage des moments avec moi, ces moments que l’on a pas connu avant vu que je le déposé et le récupéré au bus.
Maintenant il a de nouveaux copains, et un ancien va bientôt le rejoindre d’ailleurs pour leur plus grand bonheur car c’était son meilleur copain.
Mais ce qui change vraiment, c’est l’école.
Fini la classe qui regroupe toute la maternelle, fini l’institutrice dépassée qui hurle tout le temps et qui se permet des dérapages inadmissibles, fini l’enfant qui rentre en pleure, fini l’enfant avec des maux de tête, fini l’enfant malheureux.
Je retrouve ce petit garçon qui adore l’école, qui adore apprendre et qui demande l’école même le week-end.

Il était super heureux le jour de la rentrée, il nous a montré que sa crainte était partie, et qu’il était prêt à reprendre gout en l’école et en l’institutrice.
D’ailleurs il a une institutrice vraiment top. Il l’adore, il en parle beaucoup. Et on est d’accord avec lui, elle est top.

Voilà, je ne regrette vraiment pas de l’avoir changé d’école, je suis fière d’avoir choisi le meilleur pour lui.

Changer son enfant d’école?

Quand Simon a fait sa rentrée à l’école en septembre dernier, je pensais que ce qui pourrait poser problème dans l’école, ce serait les enfants. Non pas que je sois trop cliché, mais je pensais vraiment qu’il ne serait pas à l’aise avec ses camarades. Mais bien au contraire, Simon est bien aimé, il est super content de ses copains.
On habite dans un tout petit village, du coup il y a regroupement dans le village à côté. Pour se rendre à l’école, il prend le bus au bout de notre chemin. C’est le moment qu’il aime le plus. Ce passage dans le monde des grands! Monter dans le bus sans parents, pour lui c’est comme prouver qu’il n’est plus ce tout petit qui passé les journées complètes avec maman. Moi j’y trouve mon compte, pas besoin de prendre la voiture, donc, pas de frais de route. Et quand Julien dort, je peux quand même récupérer Simon puisque l’arrêt du bus scolaire est devant chez nous.

Seulement, il y a une ombre au tableau, pas des moindres. C’est la maîtresse qui pose problème, et cela me fend le cœur.

Simon part à l’école le sourire aux lèvres, fière et heureux. Mais quand il rentre, c’est tout autre chose.

Il est épuisé et fatigué, il est irritable et pleure pour un rien. Son sourire n’est plus là, il est différent, je ne reconnais plus mon enfant.

On sait tous que le métier d’instituteur n’est pas facile. De temps en temps il faut élever la voix pour ce faire entendre des élèves. Mais dans l’école de Simon cela se passe autrement. La maîtresse a perdu sa patience et sa passion depuis longtemps. Elle crie toute la journée, elle ne supporte plus rien.

Simon se plaint toujours qu’il est fatigué car elle crie toute la journée. S’il était le seul à s’en plaindre, je ne me poserais pas trop de questions, mais là c’est l’ensemble des élèves qui vit mal le temps à l’école. Toutes les sections de maternelle sont avec la même institutrice, c’est une classe commune.

Le matin quand on attend le bus, il y a une petite fille de moyenne section qui reste au loin avec sa tata. Elle monte en dernière dans le bus, et il n’est pas rare qu’elle finisse par pleurer. Pour elle l’école est devenue un endroit de souffrance. Et je me dis que cela arrivera aussi à Simon si on le laisse dans cette école.

Alors depuis quelques semaines, je réfléchis à faire une dérogation et à inscrire Simon dans un autre village. Cela implique de faire les trajets avec la voiture, de devoir se garer loin et de réveiller Julien à chaque fois. Mais pour le bien être de mon enfant, je suis prête à tout.
Ce qui me fait peur, c’est la réaction de Simon. Il aime beaucoup ses camarades, il aime énormément prendre le bus scolaire. Il ne voit pas son bien être total et il sera sans doute très déçu. D’autant plus qu’on verra le bus scolaire tous les jours devant la maison, et qu’il voudra le prendre.

Mais il sera plus serein, j’en suis sûr. C’est un plus grand village, il y a une classe par section, du coup, il sera encadré au mieux, il apprendra comme il faut ce qu’un enfant de son âge apprend. La maîtresse sera plus patiente et du coup, il ne sera pas irritable comme il l’est en ce moment.

En septembre quand j’ai vu combien il aimé l’école, je ne pensais pas que quelques mois après il serait fatigué de supporter sa maîtresse, je ne pensais pas que je me retrouverais avec ce dilemme. Contre toute attente, je vais devoir faire ce choix qui fera de la peine à Simon. Mais qui pour son bien sur le long terme sera bénéfique. La vie de maman, c’est cela aussi, de devoir faire les bons choix.

arret de bus 1Julien qui attend le retour de son frère à l’arrêt de bus.